Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2013

Faire un bébé à Strasbourg

CMCO

Scoop ! Ce ne sont pas les cigognes qui apportent les bébés en Alsace et les garçons ne naissent pas dans les choux à choucroute. En Alsace, on fabrique les bébés comme partout ailleurs dans le monde.

En revanche, les lieux de suivi de grossesse et d’accouchement sont différents selon où l’on se trouve.

En faisant des recherches sur internet, j’ai remarqué que beaucoup de futures mamans de Strasbourg et alentours s’interrogent sur leur lieu de suivi et d’accouchement.

Pour les quelques personnes qui tomberaient par hasard sur ce blog, je peux témoigner de mon expérience au Centre Médico-Chirurgical Obstétrique (plus communément appelé CMCO) de Schiltigheim.

Le CMCO, uniquement dédié à la maternité et aux problèmes spécialement féminins,  est rattaché au CHU de Strasbourg et compte à lui seul environ 3500 naissances par an (enfin, ça c’est qu’on m’a dit là-bas…).

Bâtiment tout neuf et très agréable, on y trouve une équipe solide et compétente.

N’ayant pas eu de problèmes particuliers avec ma grossesse, je ne peux pas me prononcer sur la gestion des imprévus. Mais dans un cas classique, le suivi se fait sans soucis et l’on peut garder  la même sage-femme pendant 9 mois.

Au CMCO, on peut bien entendu y faire les fameuses séances de préparation à la naissance, en version classique ou en version yoga (très sympa).

Le jour J, vous tomberez sur l’équipe de garde. Pour ma part, l’équipe présente était particulièrement dynamique et rassurante. Sages-femmes, gynécologue, anesthésiste, puéricultrice, chaque personne est à l’écoute de la future et néo-maman et néo-papa (puisque le papa est évidemment le bienvenu en salle d’accouchement).

Pour les femmes qui souhaitent accoucher sans péridurale, il est possible d’être dans une salle « nature », avec tout un tas de bazar pour détourner son attention de la douleur, dont des baignoires sympa (il y a une salle avec une baignoire à remous…).

Une fois « le moment le plus beau de notre vie » passé, on entre dans la chambre d’hôpital. Le CMCO compte une grande majorité de chambres simples et quelques chambres doubles.

En chambre simple, le papa peut louer un lit pour passer les nuits avec la jeune maman et le bébé.

Une nurserie existe où l’on peut déposer sa progéniture criarde si l’on veut souffler un peu.

L’équipe du CMCO accompagne très bien les mamans qui veulent allaiter et fournit des biberons de lait pour celles qui ne veulent pas (ou ne peuvent pas).

Pour les couches, attention, le CMCO utilise en utilise des lavables. Si l’on n’est pas adepte de ce mode de change, il faut apporter ses propres couches.

Le suivi post-accouchement est fait avec sérieux et l’on ne reste pas plus que nécessaire. Si tout se passe bien, on peut rentrer 3 jours après chez soi.

A savoir, Le CMCO est un hôpital universitaire. Il y a donc des étudiants qui peuvent être présents à tout moment (consultations, examens, échographies, accouchement…). Hôpital public, il n’y a pas de dépassement d’honoraires.

 

Quelques points négatifs dans tout ça :

Pendant le séjour au CMCO, le petit déjeuner est servi tôt le matin. Une personne déboule dans la chambre que vous dormiez ou non. C’est un peu gênant quand on a fait une mauvaise nuit et que l’on tente de se reposer un peu parce que bébé a beaucoup pleuré.

Il faut savoir que le CMCO ne fait pas le tiers payant. Donc tant que la sécurité sociale ne rembourse pas à 100%, il faut avancer un peu d’argent (en droit local, ce n’est pas trop gênant parce que la Sécu rembourse mieux)

La chambre simple coûte 50 euros par nuit et n’est pas remboursée par la sécu. Il faut s’assurer d’avoir une mutuelle qui prend en charge ce supplément.

Le lit de camp du papa n’est pas gratuit. Il coûte 15 euros par nuit et s’il veut un petit déjeuner, il faut rallonger la somme. Bien sûr, le papa n’a pas le droit de ramener son matelas gonflable et son sac de couchage, pour des raisons de sécurité paraît-il... 

Enfin, un grand point noir, le parking est payant. Ce parking, qui n’est pas donné au niveau tarif, est payant pour tout le monde, y compris pour la voiture de la maman qui accouche… Donc soit il faut mettre la main au porte-monnaie, soit il faut se débrouiller à trouver une autre place de parking gratuit ailleurs. (L’hôpital public doit vraiment manquer d’argent !)

 

 

Mais globalement, mon expérience au CMCO a été très positive et j’y retournerai sans problème si je devais le refaire. Le CMCO, est un hôpital dans lequel on très est bien pris en charge, et c’est l’essentiel.