Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2012

Le TNS

Le Théatre National de Strasbourg, plus communément appelé TNS, est l'institution théâtrale par excellence.

Pourquoi ?

Parce qu'il a ce statut de Théâtre National au même titre que la Comédie Française, le Théâtre National de l'Odéon, le Théâtre National de Chaillot ou la Colline. La particularité étant, vous l'aurez surement remarqué, que le TNS est le seul Théâtre National à ne pas se situer dans la très centrale capitale, Paris.

Qu'est-ce qu'un Théâtre National ?  Il s'agit d'un statut juridique qui rattache le théâtre directement au Ministère de la Culture (financé entièrement par l'Etat si vous préférez...). Chaque structure a une mission propre. Celle de Strasbourg est la gestion d'une école supérieure d'art dramatique.

TNS

Allez, un petit historique de ce lieu, qui n'est pas tout neuf comme vous pouvez le constater...

Situé au coeur du quartier impérial allemand, place de la République, le bâtiment a été construit entre 1888 et 1892 (pendant la période allemande, donc).

D'abord à vocation politique puisqu'il accueille diverses sessions (de la délégation régionale au départ, puis de l'Assemblée élue d'Alsace-Lorraine de 1911 à 1918), il acquière une vocation culturelle après la Première Guerre mondiale en accueillant le conservatoire de musique de la ville.

En 1944, une partie du bâtiment est détruit. Il sera reconstruit dans les années 50.

Entre temps, le premier Centre Dramatique National (autre genre de théâtre public) est créé à Colmar en 1946. Il s'installera dans les murs du bâtiment strasbourgeois en 1954 avec l'Ecole supérieure d'art dramatique.

C'est en 1968 que le Centre Dramatique National devient un Théâtre National sous l'impulsion du directeur de l'époque (Hubert Grignoux) et l'intervention d'André Malraux.

TNS

 

Aujourd'hui dirigé par Julie Brochen, le TNS offre cette saison une programmation de théâtre allant de Molière à Koltès en passant par Corneille, Kafka et Brecht. Je n'y ai découvert pour l'instant qu'un Dom Juan insipide, mis en scène par la directrice du lieu (tous les spectacles ne peuvent pas être parfaits hein, ça arrive...). Mais je ne manquerai pas d'y retrourner pour abreuver ma culture théâtrale, tant au niveau des textes que des metteurs en scène.

Les tarifs, abordables en abonnement, sont particulièrement légers lorsqu'on est demandeur d'emploi : 5,50 euros la place (comme dans la plupart des salles de spectacle de Strasbourg). Chômeurs, allez au théâtre !

http://www.tns.fr/

Les commentaires sont fermés.